Sabi et Mufid en 2014

Une fois que Sabi et Mufid ont été construits, ce qui n’a pas été facile vu que cela faisait plus de 10 ans que je n’avais pas tenu un fer à souder, l’étape suivante a été les tests préliminaires des kits.

Dans ce cas précis, deux voies ont été suivies:

Voie 1: Arduino avec tout le concept des sketchs (programmes) développés dans un langage proche du langage C. Dans tous les cas, ce sont beaucoup plus les instructions de base spécifique aux I/O qu’il fallait appréhender. 

Voie 2: Raspberry Pi avec une programmation à base du langage python. Dans ce cas précis, c’est beaucoup plus l’aspect d’intégration entre python et les instructions spécifique aux I/O qu’il a fallu appréhender.

Par contre, dès le départ il a fallu évaluer la pertinence d’utiliser les langages java et/ou C# vu que j’avais plus d’expérience dans ces deux langages. Il y’a des possibilités d’opter pour ces langages sur Sabi et Mufid mais il faut voir si les complications d’adaptation en valent la peine.

Pour le moment, je reste avec les voies 1 et 2.

Finalement, avec des recherches sur le net supplémentaires pour voir des expériences similaires, et il y’en a par centaines, je suis tombé sur un projet open source qui parait extrêmement prometteur. Celui-ci est l’oeuvre d’une équipe INRIA à Bordeaux, France et une autre ENSTA, Paris, France. Le projet appelé Poppy platform a pour objectif la mission suivante:

The Poppy project aims at building an Open-source humanoid platform based on robust, flexible, easy-to-usehardware and software.

Mon opinion est que c’est un projet très prometteur à condition que la communauté arrive à  réduire les coûts de fabrication du robot humanoide. Cette partie est faisable car les impressions 3D se généralisent de plus en plus.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Post Navigation

%d bloggers like this: