Sabi and Mufid on Mars

English version

Well, it is not true, sabi and mufid are not going to Mars. However, I am going to outline how a humanoid is going to Mars in the very near future. That would start the effective colonization of the red planet.

With the advent of 3D printing, the first step will be to prepare a blueprint for a robust humanoid capable of surviving the harsh conditions on Mars. Most likely, this is a humanoid that would be based on ASIMO or one of the robots being developed for the DARPA robotics challenge. Most of the parts of the humanoid will have to be designed to be printed on a 3D printer, be it metal, plastics or otherwise.

The second step will be the launch of a vehicle with the humanoid and the 3D printer being on board. Now, the materials necessary for assembling other humanoids will have to be transported either on this mission or the following. The launch vehicle could be based on the one being planned for the Mars one mission.

The third step and the most difficult one will be the Mars landing and from there the start of the actual mission. In this case, the first humanoid will have to assemble the 3D printer, wire the whole initial setup with the power most likely coming from solar energy or nuclear energy.

Once the first few humanoids are built, the second phase will start and that would encompass the building of shelters and radio relays.

 

Version française

Bon, ce n’est pas vrai, Sabi et mufid ne vont pas aller sur Mars. Néanmoins, je vais indiquer comment un humanoide va aller sur Mars dans un futur proche. Cela va commencer la colonisation effective de la planète rouge.

Avec l’utilisation de plus en plus fréquente de l’impression 3D, le premier pas sera de préparer un modèle pour un humanoide robuste qui sera capable de résister aux conditions extrêmes de la planète Mars. Très probablement, cet humanoide sera basé sur ASIMO ou un des robots qui sont en train d’etre développés pour le challenge DARPA.  La majorité des composantes de l’humanoide devront être conçues pour être imprimées sur une imprimante 3D, qu’elle soit pour métal, plastique ou autre.

La deuxième étape sera le lancement du véhicule spatial avec l’humanoide et l’imprimante 3D à bord. Évidemment, les matériaux nécessaires pour l’assemblage des autres humanoides devront être envoyés soit sur cette mission ou les suivantes. Le véhicule pourra être basé sur celui planifié pour la mission mars one.

La troisième étape et la plus difficile sera l’atterissage sur Mars et le début de la mission réelle. Dans ce cas, le premier humanoide devra commencer l’assemblage de l’imprimante 3D, procéder au cablage avec l’énergie nécessaire de type solaire ou nucléaire.

Une fois que les premiers humanoides sont construits, le deuxième phase peut commencer et cela va inclure la construction d’abris et de relais radio.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Post Navigation

%d bloggers like this: